Au fil des mots
Forum littérature de "La Rivière Saint Sauveur" 14 Calvados
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

Barbara Marshall
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Au fil des mots Index du Forum  .::. Au fil des mots  .::. Concours littéraire 2017

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Dan.L
Sociétaire

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2009
Messages: 1 147
Localisation: la Rss

Message Posté le : Jeu 21 Déc - 10:35 (2017)    Sujet du message : Barbara Marshall Répondre en citant

Le dragon de Maeshowe 
  
  
  
  
La légende dit que c'est l'amour qui sauva le comte Harald... Est-ce le blizzard qui rendit ses compagnons fous ?  
  
Les quatre langskips avec une centaine d'hommes à leur bord contournaient les falaises monumentales aux dominos sombres et luisants de Black Craig. Là où le ressac fracasse la roche à coups de butoir écumant de rage. Là où une lutte éternelle entre colosses, entre les à-pics vertigineux et la rondeur des vagues, sculpte le rivage. L'accostage près de Stromness sur une étroite plage de galets était un défi en soi mais dans ces contrées, c'était le prix d'un havre retiré et sûr. Cheveux effilochés virevoltant, les guerriers débarquèrent avec enthousiasme.  
Le comte Harald venait de se marier et souhaitait à tout prix reconquérir ce territoire. Ses pensées l'emportaient loin des beuveries du soir qui fêtaient l'arrivée sur l'île principale. Ingigerth, sa jeune épouse lui avait offert en guise de cadeau de départ une superbe ceinture avec un dragon gravé sur sa boucle. Harald en caressait le cuir et le métal devant le feu qui éclairait les silhouettes sur la grève. Dès le lendemain il battrait la lande en éclaireur. Eirik le rouquin et Hakon le géant, ses valeureux frères d'armes feraient partie de l'équipée. 
  
L'hiver 1153 fut particulièrement rigoureux. Harald et ses deux compagnons ne s'attendaient ni à la force du vent qui pliait bruyères et chardons, ni aux hordes blanches qui coiffaient les crêtes des vagues alors qu'ils longeaient la côte. Bifurquant vers l'ouest en direction de Firth, ils se firent surprendre par une tempête de neige. Les flocons glacés leur cinglèrent les oreilles et leur fouettèrent le visage malgré leurs casques coniques. Du blizzard qui fait perdre la tête, du blizzard qui noie les contours dans des bourrasques déchaînées.  
Au début, le cercle des pierres dressées de l'autre côté du loch leur servait d'amer dans le tumulte neigeux. Mais les colossaux monolithes disparurent à leur tour derrière la grisaille humide et gelée. Le vent était si violent que les trois silhouettes fantomatiques et courbées comme des troncs noueux progressaient à peine ou évoluaient à la dérive, qui saurait le dire ? Harald lui-même commençait à douter alors qu'il connaissait la route. La situation devint critique avec le déclin du jour. Quand Eirik pointa du doigt une forme arrondie, Harald ne comprit pas tout de suite de quoi il s'agissait. 
« Orkahaugr[1], s’égosilla Eirik ! 
- Par Thor, ce coup de chien galeux ne nous aura pas, se réjouit Hakon. 
- Allons-y avant qu'il fasse complètement nuit, leur ordonna Harald ! » 
Le tertre d'Orkahaugr se dressait comme seul rempart au blizzard. Ils se lancèrent dans une marche forcée, gravirent le monticule blanc, creusèrent de leurs mains la couche glacée puis dégagèrent une ouverture dans le toit. Tour à tour, ils glissèrent par un éboulis rocheux.  
A l’intérieur, l'obscurité était totale. Le sifflement du vent leur parut lointain tout à coup. La peau de leurs visages brûlait enfin à l'abri de la tempête.  
« Qu'est-ce qu'on fait maintenant, demanda Eirik ? 
- On attend que ça se calme. On ne peut rien faire d'autre, constata Harald. 
- Faut arroser ça, suggéra Hakon en tendant à ses amis sa corne à boire. » 
Leurs voix résonnaient étrangement. Alors qu'ils avaient échappé aux tourmentes de neige, même leur silence trahissait l'inquiétude. A tâtons Harald explora leur refuge. Il palpa les quatre contreforts massifs situés dans les coins ainsi qu'un bloc de pierre qui ressemblait à une porte. Aucune autre sortie que la voie qu'ils avaient déjà empruntée ! 
« Le sol est dégagé par ici. On étale le barda et l'on s'installe, proposa Hakon. 
- Ouais, à trois on va se tenir chaud ! Personnellement j'aurais préféré de belles demoiselles, plaisanta Eirik. » 
Le lendemain, la fureur du blizzard redoubla d'intensité. Les bourrasques se succédaient en hurlant autour du monticule où les trois hommes dormaient recroquevillés à même le sol. A leur réveil, la neige de la veille s'était déjà transformée en glace.  
« Comment on va sortir d’ici ! On s'est enterré vivant, s'exclama Hakon ! 
- Eirik, tu es le plus mince de nous trois, vas voir si on peut repartir par où on est venu, lança Harald. » 


[1]Equivalent norrois de Maeshowe, site appartenant au « Cœur néolithique des Orcades ».


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Jeu 21 Déc - 10:35 (2017)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

Dan.L
Sociétaire

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2009
Messages: 1 147
Localisation: la Rss

Message Posté le : Jeu 21 Déc - 10:36 (2017)    Sujet du message : Barbara Marshall Répondre en citant

Le rouquin s'exécuta en escaladant l'éboulis mais le verdict redouté tomba : une chape gelée recouvrait l'unique sortie possible par le toit. Ils découvrirent le tunnel le soir même après avoir usé leurs dernières forces pour pousser à l’unisson le bloc de pierre. Le boyau qu'il dissimulait mesurait plusieurs mètres de long et un mètre et demi de haut. Il conduisait à l'extérieur du talus mais son issue était en grande partie obstruée. Au moins auraient-ils un peu de lumière le lendemain...  
Combien de temps pourraient-ils tenir ? Le blizzard ne faiblissait pas. La faim rendait Hakon exécrable. Quant à Eirik, il était de plus en plus nerveux et invoquait les dieux à tout bout de champ.  
« Des hommes aussi courageux, pensa Harald, ne supportent pas le confinement ; ne pas pouvoir se battre, brandir la hache et répandre le sang de l'adversaire ! »  
L'abri se transformait en piège. Le découragement se révélait pire que l’épuisement. 
« Dormons mes amis, décréta Harald en désespoir de cause. Demain, nous y verrons plus clair. 
– Par la fureur d'Odin, sortez-nous de ce pétrin, pria Eirik à voix haute. » 
C'était la période du solstice d'hiver. Ils s'assoupirent dans l'obscurité en plein après-midi. Au crépuscule, les rayons du soleil s'engouffrèrent dans le souterrain et pointèrent leurs dards sur le mur Est. Le faisceau éclairait une zone précise dans l’axe du tunnel… Quand Harald se réveilla, ses compagnons s'agitaient en tous sens en prononçant des phrases incohérentes.  
« Eirik, Hakon, mes amis ! Que vous arrive-t-il ? » 
Seuls les regards exorbités et les trépignements de ses compagnons lui répondirent. Harald effleura son ceinturon et le métal gravé de sa boucle en pensant à Ingigerth. Comme elle lui manquait ! Le parfum de sa peau surtout : mélange de miel et de lys. Verrait-il seulement sa descendance prévue au printemps ? Un fils, il voulait tellement un fils ! Soudain au milieu de la frénésie aussi bruyante qu'incompréhensible de ses camarades, un autre rai stria les parois de sa lumière. Harald comprit qu'il s'agissait de la réflexion du soleil sur sa ceinture. Il orienta le dragon gravé de sa boucle vers l'orifice d'entrée qu'ils avaient empruntée. L'eau se mit à goutter du plafond. 
Eirik, méconnaissable, terrorisé, lui montrait le mur du fond. L'étrange rayonnement en provenance du tunnel éclairait quelque chose d’épouvantable. Mieux valait ne pas regarder ! Harald en eut aussitôt la conviction. Il décida de tourner le dos à l'Est tant que la voie ne serait pas praticable. Son esprit se concentra sur le soleil couchant. Surtout ne pas se retourner ! Il ne devait à aucun prix fixer ce qui se trouvait dans le renfoncement. Quoique ce fût, cela avait rendu deux valeureux guerriers fous à lier ! Il défit sa ceinture et cala le dragon ciselé entre les pierres de manière à faire fondre le couvercle de glace.  
« Que Frigg, épouse d'Odin, me protège ! Que le feu de mon amour me délivre de cet endroit car j'ai trouvé le seul trésor qui vaille une vie. » 
Puis Harald tailla des runes dans la paroi à la lueur de la tombée du jour.  
« Autant graver ce moment dans le roc et en retenir la leçon, se disait-il. »  
Ses compagnons s'étaient calmés et restaient prostrés à fixer les gouttes qui perlaient au-dessus de leurs têtes.    
« Merci Baldr[1], fils d'Odin et de Frigg, toi qui n'as pu échapper à la flèche mortelle de ton frère aveugle ! » 
Le lendemain, le soleil avait beau progressé dans le ciel, l'intérieur de leur abri de fortune restait sombre. Le blizzard s'était évanoui dans la nuit. La fonte s'accélérait et élargissait à vue d'œil une flaque d'eau au sol. L'azur coula enfin par la trouée du plafond. Ils étaient libres ! Mais Harald s’était remis à sa tâche tandis que Eirik et Hakon se précipitaient dehors en remerciant une ribambelle de dieux. 
« Attendez-moi en admirant le Cercle de Brodgar[2], leur cria Harald ! » 
  
La légende dit que le comte surmontait la douleur aussi aisément que l'assaut de l'ennemi. Il était aussi le chef guerrier le plus sain d'esprit que les terres du Nord aient connu. Cependant il lui fallut plus de courage que lors de son combat le plus âpre pour affronter ce que le faisceau lumineux avait éclairé la veille... 
  


[1]Baldr : dieu de la lumière, la beauté, la jeunesse et l'amour.
[2]Cercle de Brodgar (Ring of Brodgar) : alignement de soixante pierres formant un cercle de 103 mètres de diamètres. 
 


Revenir en haut
              

Contenu Sponsorisé






Message Posté le : Aujourd’hui à 09:53 (2018)    Sujet du message : Barbara Marshall

Revenir en haut
              

   Au fil des mots Index du Forum .::. Concours littéraire 2017
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.