Au fil des mots
Forum littérature de "La Rivière Saint Sauveur" 14 Calvados
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 S’enregistrerS’enregistrer    ConnexionConnexion 

La Piterne, légende
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
   Au fil des mots Index du Forum  .::. La plume vous démange .... grattez-vous !  .::. Atelier d'écriture

Sujet précédent .::. Sujet suivant  
Auteur Message
Dan.L
Sociétaire

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2009
Messages: 1 120
Localisation: la Rss

Message Posté le : Lun 6 Fév - 16:16 (2017)    Sujet du message : La Piterne, légende Répondre en citant

Il avait plu toute la semaine précédente, mais en cette veille de Toussaint, le temps s’était radouci et la tiédeur d’automne avait séché les feuilles qui répandaient leurs ors sur le chemin ; cela faisait un froissement soyeux sous les pas de Jeanne. Elle aimait ce léger bruissement qui lui tenait compagnie dans sa besogne.
C’était déjà la fin de l’après midi et le soleil n’éclairait déjà plus la clairière. Jeanne fit un lien de fougères pour attacher l’énorme fagot de bois mort qu’elle devait traîner en bas par le chemin des Bruyères qui mène au quartier Sainte Catherine.
Elle était inquiète. Cela porte malheur de travailler au bois, les veilles de Toussaint. Mais comment faire quand ses six enfants restés à la garde de l’aîné qui n’avait pas dix ans, n’avaient rien mangé depuis la soupe claire de la veille ?
Elle commença de tirer son fagot derrière elle. La charge était trop lourde pour elle après cette longue journée à glaner le bois mort. Epuisée, elle s’arrêta un moment pour souffler. Son haleine faisait une buée épaisse, et ses pieds mal chaussés étaient glacés. Elle reprit sa tâche, tirant du mieux qu’elle pouvait, se retenant aux branches basses des arbres. Au bout d’un moment, cela lui semblait moins pénible et même son fagot semblait la suivre sans qu’elle ait à faire le moindre effort. Jeanne se retourna. Elle craignait que son fagot ne se soit détaché, ruinant son labeur de la journée. Mais Non ! Un chat blanc était juché sur le haut de son tas de branchage. Le coeur de Jeanne se glaça d’effroi ! Elle sut que c’était une piterne ! Elle savait aussi ce qu’elle devait faire. Elle continua de tirer son fagot qui la suivait poussé par une force invisible ; Elle fut vite rendue chez elle, mais avant que d’entrer, elle devait aller vendre son fagot pour ramener de quoi manger à ses enfants. Elle dépassa donc sa maison. La piterne, puisqu’il s’agissait d’elle sauta sur le seuil de la maison et se coucha. Jeanne devait malgré tout terminé sa tâche ; Quand elle revint quelques minutes plus tard avec un quignon de pain noir et un pot de lait, la piterne était toujours là sur le seuil.
Jeanne ouvrit la porte, la piterne se glissa à l’intérieur et s’installa devant l’âtre qui était froid car Jeanne n’avait pas de quoi gardé de bois pour son propre feu. Les enfants dormaient pêle mêle sur la paillasse pour avoir moins froid. Jeanne décida de les laisser dormir, elle avait si peu pour les nourrir qu’elle se dit qu’il serait bien temps de les voir réveillés et affamés., et puis la piterne était toujours !
Jeanne se retourna pour la regarder. La piterne qui semblait dormir ouvrit les yeux et dans un miaulement dit bien distinctement : «  j’ai faim ! » la pauvre Jeanne , bien effrayée, prit une soucoupe et versa un peu du lait et y émietta un peu de pain qu’elle destinait à ses enfants. « Tiens, dit-elle, j’ai si peu, mais tu m’as aidée à transporter mon bois et sans toi, je n’aurais rien du tout ! »
La piterne mangea goulûment et se rendormit. Jeanne la regarda un moment et se dit que tant pis, piterne ou pas, il faisait trop froid pour laisser un chat dehors ; elle s’allongea auprès de ses enfants et s’endormit aussitôt.
Elle se réveilla avec le jour. Ses enfants étaient déjà debout et se régalaient de tartines et de lait autour de l’âtre où brûlait un feu de bonnes bûches.
La piterne n’était plus là. Jeanne sortit sur le seuil mais ne la trouva pas. A la place elle vit l’énorme tas de bûche accolé au mur de la maison. Elle rentra, surprise de ce prodige, elle s’approcha du pot de lait s’attendant à le trouver vide mais il était plein. Elle s’empressa de resservir ses enfants, elle les resservit encore jusqu’à ce qu’ils soient repus mais le pot n’était jamais vide. De même la miche de pain ne semblait diminuer.
Il en fut ainsi pendant sept ans.
Que cela vous servent de leçon. Jamais il ne faut contrarier les piternes car elles sont capables du meilleur comme du pire et leurs sorts durent sept ans.
 


Revenir en haut
              

Publicité






Message Posté le : Lun 6 Fév - 16:16 (2017)    Sujet du message : Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
              

   Au fil des mots Index du Forum .::. Atelier d'écriture
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Montrer les messages depuis :   

 
Sauter vers :  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by .: SGo :.